Forum du clan Athéna
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 electryon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eldarion
Ancien Oracle d'Athéna
Ancien Oracle d'Athéna
avatar

Nombre de messages : 2193
Age : 38
Localisation : au temple
Date d'inscription : 08/06/2005

fiche
Niveau du chevalier: 1
Legion: Pas de légion

MessageSujet: electryon   Ven 10 Mar - 11:28

Mycènes, Péloponnèse. C'est dans cette cité dominant la mer Egée et la plaine d'Argolide aux terrains fertiles que par une belle matinée de fin d'été, au mois de Metageitnion selon le calendrier athénien, naquit Electryon, fils d'un modeste couple de travailleurs de la terre. Ses parents le nommèrent ainsi du nom d'un des anciens rois de la Cité, fils du célèbre Persée, fondateur de la ville, et de la reine Andromède, dont la beauté légendaire entretenait toujours le mythe, avec l'espoir que leur premier et unique enfant connaîtrait une existence meilleure que la leur. En vérité, la vie de ce couple de fermiers qui habitait en périphérie de la grande cité marchande n'était pas malheureuse, mais difficile et exigeante. Les parents d'Electryon souhaitaient simplement que leur fils puisse un jour accéder à une vie plus confortable et, pour ce faire, l'encouragèrent à suivre des études autant que cela lui serait possible, espérant pour lui un avenir comme marchand ou comme homme de savoir. Très tôt, la réussite de leur enfant et son goût pour les lettres et les sciences leur fit croire que leur rêve finirait par se réaliser. C'était sans compter sur l'imprévisibilité du destin.

Si pendant sa scolarité Electryon était en effet considéré comme un enfant doué que son caractère réservé et sa timidité maintenaient dans un relatif anonymat, les choses se compliquèrent sérieusement lorsque, encouragés par l’un de ses précepteurs qui plaçait beaucoup d'espoirs en lui, ses parents l'inscrivirent dans l'une des écoles les plus réputées de la ville. La cohabitation d'un fils de paysan avec ceux de riches propriétaires et autres notables mycéniens était en effet difficile, certains parents tolérant assez mal la présence d'un enfant d'origines aussi modestes aux côtés de leurs chers héritiers. En dépit des vexations et des moqueries de ses semblables, Electryon faisait malgré tout preuve d'une grande force de caractère et d'une volonté sans faille. Il est vrai que ses moyens physiques limités du fait de son jeune âge constituaient un handicap sérieux par rapport à ses congénères, aussi préférait-il se consacrer totalement à son travail pour montrer que sa place n’était nullement usurpée. Malheureusement, cette réussite insolente eut le don d'exaspérer certains de ses camarades et en particulier Atrée, fils aîné du marchand le plus riche de la cité qui avait basé son opulence sur le commerce des métaux et de l'or, s'attirant ainsi tout naturellement les bonnes grâces de la cour royale de Mycènes.

Il ne fallut pas chercher plus loin que cette hostilité latente d'un enfant jaloux - auquel son père concédait tout - pour comprendre les raisons de la venue de la garde royale, un soir de printemps, dans la ferme familiale. Le père d'Electryon fut ainsi réquisitionné et envoyé de force pour combattre les Doriens dans le cadre de la guerre civile qui secouait la région à l'époque. De cette bataille il ne revint bien sûr jamais, ce qui eut pour conséquence de plonger Electryon dans une colère muette et sa mère dans une profonde affliction... Cet évènement tragique l’obligea en outre à abandonner ses études en pleine année scolaire afin d'aider sa mère à maintenir l'activité de la ferme. Ni lui ni elle, pour autant, ne cédèrent au désespoir, persuadés que tôt ou tard la main des hommes - ou celle des Dieux - viendrait réparer cette injustice. A la vérité, ils n'eurent guère à attendre longtemps puisque quelques semaines plus tard à peine, deux catastrophes qui survinrent le même jour, coïncidence troublante, atteignirent de plein fouet les intérêts financiers de la famille d'Atrée. Tout d'abord, un effondrement se produisit au petit matin dans les mines de cuivre qu'exploitait son père alors que dans l'après-midi, l'un de ses navires qui acheminait vers Mycènes une importante cargaison d'or fit naufrage à quelques milles des côtes, sans raison apparente. En ces évènements, Electryon vit la main d'Athéna, la déesse envers laquelle il vouait le plus d'admiration car elle incarnait la vraie Justice, celle des Dieux, qu'il avait si souvent implorée tant pour lui-même, dans les moments difficiles de son parcours, que pour son défunt père.

Lorsque quelques jours plus tard, sillonnant les rues de la ville pour acheter quelque nourriture au marché, Electryon croisa la route d'Atrée, il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, maîtrisant tant bien que mal la rage qui tenaillait son coeur et son poing, avant de passer son chemin. A cette vision, Atrée entra dans une colère noire et croyant qu'il se moquait du malheur, très relatif, qui avait frappé sa famille, fonça sans crier gare sur Electryon. C'est alors qu'il s'apprêtait à lui asséner un coup dans le dos qu'une main puissante arrêta son bras instantanément, lui arrachant un cri de douleur. Electryon se retourna et reconnut un homme de haute stature qu'il avait aperçu plus tôt dans la matinée entouré d'un groupe d'individus portant la même tenue que lui. Ceux-ci étaient toujours présents à ses côtés d'ailleurs, et observaient la scène avec la plus grande attention. Ils n'étaient pas de la région apparemment, c'est en tout cas ce que leur accent semblait indiquer. Tous portaient un casque élégant et une grande cape blanche et arboraient un plastron de cuir luisant qui laissait deviner une musculature puissante. *"Des gladiateurs?" pensa Electryon, tout absorbé par la prestance de ces inconnus... La voix suave mais autoritaire de celui qui tenait fermement le bras d'Atrée le tira soudain de sa rêverie. -"Comment oses-tu t'en prendre à quelqu'un de la sorte?", lança-t-il à Atrée avec un regard furieux. Il entama alors un long sermon au cours duquel Atrée, terrorisé, fut incapable de produire le moindre son. L'une des phrases que l’homme prononça retint particulièrement l'attention d'Electryon. -"En tout cas, tu n'es certainement pas l'un de ceux que nous sommes venus chercher!" Que pouvait-elle signifier? Qu'étaient venus chercher ces hommes? Alors qu'il achevait de se poser ces questions, Electryon vit l'homme relâcher le bras d'Atrée, qui s'enfuit à toutes jambes sous les rires des passants qui avaient assisté à la scène, et se retourner vers lui, le visage tout souriant. -"Peux-tu m'indiquer la route du palais, petit?" lui demanda t’il. Electryon répondit d'un simple geste, ne sachant quoi dire à celui qui l'avait tiré d'un mauvais pas. L'homme lui tapota alors deux fois la tête avec sa main et, après l'avoir remercié, suivit la direction indiquée en compagnie de ses acolytes. -"Nous nous reverrons bientôt, peut-être !", lança t’il en s'éloignant. Electryon, interloqué mais sous le charme du charisme et de la noblesse qui se dégageaient de cet homme, reprit lentement la route de sa maison…

Ce n'est que plusieurs jours plus tard, au hasard de discussions entendues ça et là, qu'il apprit l’identité et la raison de la présence de ces hommes. Il s'agissait d'émissaires venus d'Athènes afin de transmettre au Roi la volonté du Sanctuaire d’Athéna d’enrôler de jeunes mycéniens afin de les former pour devenir des serviteurs de la déesse. En ces temps troublés où il fallait pouvoir être fort pour assurer sa propre survie et celle de ses proches, cette perspective avait déjà séduit nombre de candidats de toutes origines. En apprenant cela, Electryon se remémora les phrases que cet homme mystérieux avait dites et dont le sens devenait soudain beaucoup plus clair. Ainsi, il vit s’offrir à lui de nouvelles opportunités, non seulement de servir l'incarnation de la Justice qui lui était si chère, mais aussi de devenir un artisan de paix et un défenseur des plus faibles, comme l'étaient ses parents. Toutefois, il attendit quelque temps avant de faire route vers la capitale, ses obligations à la ferme étant encore nombreuses. Durant cette période, si son coeur resta généreux et honnête en dépit des épreuves traversées, son corps et son esprit s'endurcirent, peu à peu. Le dur labeur de la ferme et l'activité physique qu'il s'imposait comme entraînement achevèrent de transformer le garçon timide en jeune homme plein de santé et de vigueur. Un jour enfin, peu de temps après son anniversaire et grâce aux encouragements de sa mère qui avait toute confiance en lui, il se décida à quitter la demeure familiale et fit route vers Athènes pour commencer son apprentissage au Parthénon. Reverrait-il celui qui lui avait laissé cette formidable impression et avait prédit que leurs routes se croiseraient à nouveau ? En tout cas, en son for intérieur, résidait à présent le secret espoir de pouvoir revenir un jour sur ses terres natales qui lui était si chères avec l'aura d'un homme respectable et digne, celle d'un chevalier d'Athéna.
Revenir en haut Aller en bas
 
electryon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» electryon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire d'Athéna :: Le sanctuaire d'Athéna [RP] :: Les Apprentis d'Athéna-
Sauter vers: