Forum du clan Athéna
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 crow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eldarion
Ancien Oracle d'Athéna
Ancien Oracle d'Athéna
avatar

Nombre de messages : 2193
Age : 38
Localisation : au temple
Date d'inscription : 08/06/2005

fiche
Niveau du chevalier: 1
Legion: Pas de légion

MessageSujet: crow   Ven 19 Aoû - 14:07

Je m'appelle Crow... . Enfin c'est le nom que j'ai choisi, mon véritable nom m'étant inconnu. J'ai choisi ce nom en l'honneur de mes amis, de mes sauveurs, les corbeaux

En effet, au plus loin que mes souvenirs remontent, je ne me souviens que d'eux. Alors que je gisais, encore nourrisson, sur le sol dans les ténèbres d'une forêt, ils m'ont recueilli, puis élevés. Je ne sais pas pourquoi j'étais seul au fin fond de cette forêt, je ne sais pas ce qu'il est arrivé à mes parents, à ma famille, je ne sais même pas qui ils sont et d'où je viens. J'ai grandit heureux avec ma famille d'adoption, les corbeaux, même si au plus profond de moi, et je ne le savais pas encore, je ne comprenait pas ce sentiment, il me manquait quelque chose, la présence de ma vraie famille, de mes congénères mais également la vérité.

Durant les premières années de ma vie, ce sont les corbeaux qui m'ont nourrit, puis, j'ai commencé à cueillir et pêcher pour pouvoir me nourrir. Puis je me suis mis à chasser en grandissant et leur ai à mon tour apporté de quoi manger. J'étais plus un animal qu'un être humain, je ne parlais pas et n'avais aucune idée de ce à quoi ressemblait un être humain, mais un jour, alors que je devais avoir sept ou huit ans, je tombais face à face avec l'un d'entre eux. Alors que je cueillais des fruits dans la forêt, je m'étais pour une fois avanturé dans la lisière de cette dernière, et j'ai entendu des rires, puis je les ai suivi. Caché derrière un buisson, j'ai vu une petite fille et un petit garçon qui s'amusaient, et je suis resté là à les observer. Une partie de moi voulait les rejoindre mais une autre me disait qu'il ne le fallait pas, que ce n'était pas ma place. Après un moment, je suis repartit dans les entrailles de la forêt, là où personne de vient, excepté les animaux sauvages.

Durant les jours qui suivirent je fis des rêves étranges, qui me semblaient vraiment réels. Je voyais un bébé, je compris très vite que c'était moi, dans les bras d'une femme, ils étaient tous les deux dans une charette et un homme conduisait. Le rêve s'arrêtait là. Puis plus less jours avançaient et plus les rêves évoluaient, j'entendais un bruit énorme, des chevaux qui hénissaient, des gens qui criaient et surtout, le visage de ma mère qui vait une expression de terreur. Pendant les semaines qui suivirent mon rêve s'arrêtait tout le temps à ce moment là.

Mais il y avait une autre chose qui me préoccupait, qui m'obsédait même... . C'était ces enfants que j'avais vu jouer, je voulais les revoir. De plus, les rêves avaient commencés dès lors que j'avais vu ces enfants, je me disais que si je les revoyais cela aiderait peut-être à éclaircir les points d'ombres, à savoir la suite. J'y retournât régulièrement et les observait dans leur vie de tous les jours. J'y allais au moins tous les trois jours et les années passèrent.

Et puis un jour, alors que je me rendais dans mon habituel lieu d'observation, j'entendis des pleurs. La petite fille était tombée et s'était ouvert le genoux. Je décida d'aller l'aider mais lorsqu'elle me vit sortir de l'ombre elle poussa un cri, et à peine eu-je le temps de m'agenouiler pour lui montrer que je ne lui voulais aucun mal, son père sortit en courant de la maison en me hurlant dessus. Mais, au lieu de m'enfuir, je restais là sans bouger, la main sur la jambe de sa fille, et il me jeta une énorme pierre, qui m'atteint à l'épaule et me proulsa en arrière. Puis il se rua sur moi et me roua de coups de pieds, mon salut étant dû à l'arrivée de son fils, qui amenait une épée à son père pour m'achever. Lorsque ce dernier se retourna vers son fils, il arrêta de me frapper et j'en profitais pour m'enfuir, autant debout qu'en rampant, et pour appeler les corbeaux à l'aide. le père me rattrapa au bout de quelques mètres dans la forêt, et alors qu'il allait abattre son épée sur moi, un nuage noir de corbeaux se jetait sur lui pendant qu'il se débattait et agitait son épée dans tous les sens.

Plus tard, alors que j'avais rejoint ma "maison", les corbeaux me rejoignirent et m'apportèrent de quoi panser mes blessures, mais je m'aperçut que cinq de mes amis manquaient à l'appel, ils avaient succombés aux coups de cet homme, ils étaient morts pour me sauver. Je m'enfuis, honteux et rongé par la culpabilité, et je m'endormis quelque part dans la forêt. Et cette nuit là, la fin du rêve, de ce qui sétait passé plusieurs années auparavant, s'offrit à moi. Ma mère était terrifiée car une dizaine d'hommes attaquaient notre charette, mon père avait été mis au sol et décapité, les chevaux mortellement blessés. Ma mère sauta de la charette et au lieud e s'enfuir avec moi dans la forêt, me posa dans un buisson et partit en courant dans une autre direction en direction de la forêt. Elle m'avait abandonné et s'était enfuit, puis je m'endormis. A mon réveil, je rampais au hasard dans la forêt puis m'endormis à nouveau, et recommençais à avancer lorsque je me réveillais. je ne sais pas combien de temps cela dura, mais alors que je sentis toutes mes forces m'abandonner, que je ne poouvais plus avancer, que je gisais là sur le sol, un corbeau vient se poser près de mon visage, puis un autre, et encore un autre, jusqu'à ce que le sol fut envahit de corbeaux. Ils me transportèrent vers leur repère et je m'endormis.

Lorsque je me réveilla, mes hémorragies avaient cessé, j'avais mal de partout, masi quelque chose avait changé. j'étais plein de haine envers les hommes. Celui qui avait voulut me tuer hier, et qui avait tué mes amis, cette petite fille qui avait crié alors que je voulais l'aider, ces hommes qui avaient tuer mon père, et ma mère qui m'avait abandonné. Les hommes étaient mauvais et je décidais que quelqu'un devait payer. Dès lors je m'entraînais chaque jour sans relâche afin de devenir plus fort, afin de pouvoir me défendre seul, afin de pouvoir me venger. Puis quelques années plus tard, je me rendis près de la lisière de la forêt bien décidé à me venger, je pénétra dans la maison pendant la nuit, et dans ma folie, je tua tous ces habitants alors que je n'étais venu que pour le père. Après cela, jamais je ne sorti de la forêt ou même m'approcha de la lisière,et je continuais à m'entraîner sans cesse avec l'aide de mes fidèles mais, eux qui m'avaient pardonné la mort des leurs, morts en me protégeant. Par contre, il m'arriva de tuer quelques inconscients qui osaient s'aventurer plus loin, sur mon territoire.

Quelues années passèrent, et un soir, alors que je relevais les pièges que j'avais posé, je tomba nez à nez avec un ours qui m'attaqua aussitôt. J'esquivais son attaque et riposta par un coup à la nuque qui le tua sur le coup mais cétait trop tard, j'avais senti la présence de l'autre ours derrirère moi et je n'eu pas le temps de me retourner, il me frappa violemment à la tête m'envoya au tapis plusieurs mères plus loin. Puis il se rua sur moi et me porta un second coup d'une force phénoménale dans le flanc droit, je senti mes côtes se briser. Alors qu'il s'apprêtait à m'achever, je pu dans un dernier soubressaut le porter un coup au niveau du coeur. L'ours s'arrêta net, il se remit sur ses quatre pattes et repartit, mais s'effondra quelques mètres plus loin. je m'en étais sorti mais je n'en avait plus pour longtemps à vivre, je sentais qu'en plus de mes côtes cassées, il y avait des domages à l'intérieur de mon corps, et le coup porté à ma tête m'avait sérieusement endomagé, et je m'effondra. alors que j'étais semi inconscient, attendant la mort, une étrange présence commençait à m'envelopper, une présence apaisante, bonne et pleine de compassion. Je me leva et commença à marcher comme si l'on guidait mes pas, la douleur était toujours là mais elle ne m'empêchait pas de me déplacer, comme si l'on me protégeait. Au bout de quelques heures, je me retrouvais à un endroit que je connaissais bien, là où tout avait commencé...

J'étais dans la clairère où ma mère m'avait abandonné et j'eu un flash. Je revoyais ma mère en train de me poser dans le buisson, mais avant de me poser elle me glissa à l'oreille : "je suis désolé, je t'aime mon bébé, sois un homme bon" et je la vis s'enfuir vers la forêt. Mais elle se fit rattraper au bout de quelques mètres et nos assaillants la tuèrent non sans avoir auparavant abusé d'elle. Elle avait fait ça pour me sauver, pour ne pas que l'on me trouve avec elle, elle était morte pour me sauver, alors qu'elle aurait pû tenter de s'enfuir après avoir sauté de la charette et m'avoir abandonné. Mais en se sacrifiant de la sorte, ces hommes ne me trouveraient pas, pourquoi se serait-elle enfuie sans son enfant. Et dire que je lui en ai voulu pendant des années, que je l'ai détesté... je n'arrivait plus à retenir mes larmes... Puis je me mis à penser à cette famille que j'avais sauvagement assassinée, à tous ces gens que j'avais tué dans la forêt et j'éclata en sanglots. Je voulais mourir, je m'en voulais tellement, je ne méritai pas de vivre, j'étais devenu un assasin sanguinaire. Et je m'écroula contre un arbre...

A ce moment là j'eu une apparition, la déesse Athena se tenait devant moi, et m'enveloppait de son aura bienveillante. Tout à coup je senti le mal en moi s'évanouir, mes blessures se guérir, et mon coeur se remplir de chaleur, de bonté et de compassion. Puis je me redressa et me mis à genoux devant la Déesse, qui devint dès ce jour ma Déesse, et lui jura de ne désomias vivre que pour rattrapper tout le mal que j'avais fait, pour expier mes pêchés, de lutter pour la paix et la justice.

Quand aux corbeaux, je décidais de les quitter pour aller vers la terre des hommes, mais ils ne m'ont jamais quitté, je retourne régulièrement les voir et eux viennent également me voir, ils sont à mes côté pour toujours, c'est ma famille. Ces animaux n'ont pas toujours une excellente réputation, mais à moi ils m'ont sauvé la vie, et bien plus que cela, ils ont fait de moi ce que je suis. Quelqu'un à la recherche de la paix et du bonheur entre les êtres, combattant le mal sous toutes ses formes, car si de "simples" corbeaux sont capables de sauver un bébé, de l'élerver et de lui donner autant d'affection, de mourir pour me sauver, alors il m'est impossible de penser que des êtres humains n'en soient pas capables, qu'ils préfèrent faire le mal avant tout, servir leurs propres intérêts.
Revenir en haut Aller en bas
 
crow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [epic décors] connaissez-vous old crow models ?
» L'Art de Crow Master
» Le reboot de The crow de?
» Delta Crow
» Delta Crow - grave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire d'Athéna :: Le sanctuaire d'Athéna [RP] :: Les Chevaliers d'Athéna-
Sauter vers: