Forum du clan Athéna
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Diomède

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antéros
Ancien Oracle d'Athéna
Ancien Oracle d'Athéna
avatar

Nombre de messages : 3055
Age : 40
Date d'inscription : 13/06/2006

fiche
Niveau du chevalier: 1
Legion: Pas de légion

MessageSujet: Diomède   Mer 30 Déc - 13:00

1 ) Les origines de Diomède

Je n'ai jamais conté mon histoire à qui que ce soit et je m'aperçois aujourd'hui que tout n'est pas aussi clair qu'il y paraissait au début. Comment en suis-je arrivé là ? Quels évènements ont bien pu faire de moi ce que je suis aujourd'hui ? Je suis moi-même bien en peine de trouver les réponses à ces questions.

Il y a bien longtemps, un grand Roi nommé Tydée épousa une princesse fabuleuse appelée Déipyle. La beauté de cette femme était louée dans tout le royaume d'Argos et l'on prêtait au couple royal une véritable parenté divine.
Père avait le charisme et l'autorité de Zeus alors que mère jouissait de la beauté et de la douceur d'Aphrodite.
Lorsque je vins au monde, on dit que les devins et mages de tout le royaume se déplacèrent et constatèrent que je bénéficiais des qualités de mes deux parents. Très vite, on m'apprit l'usage de la plume et celui du glaive. Les meilleurs précepteurs furent chargés de mon éducation et je commençai ma destinée avec les armes qu'ils me donnèrent.
La connaissance, la sagesse et la force des hommes me furent transmises, et, dans bien des domaines, je surpassai rapidement mes maîtres...

Un beau jour, mon père, qui était brave parmi les rois, prit part à une expédition pour mettre fin à la tyrannie de la cité de Thèbes. Les bardes racontent qu'il combattit vaillamment aux côtés de six compagnons mais qu'il fut blessé mortellement au moment où il tua le tyran Mélanippos. A ce moment précis, la légende ajoute que la déesse Athéna apparut en personne à mon père, munie d'un remède capable de le soustraire à la mort mais que devant les atrocités commises par les sept Rois, elle renonça à le sauver et le laissa aux mains du cruel trépas.

Apprenant la nouvelle, ma pauvre mère fut inconsolable et ordonna que l'on détruisît toutes les statues et monuments à la gloire d'Athéna dans le royaume. Le culte de la déesse de la sagesse fut interdit et ses fidèles punis de mort.

La puissante Athéna jeta alors une malédiction sur tout le royaume et ma mère se mit à dépérir peu à peu, sombrant dans la folie alors que je n'avais qu'une dizaine d'années.

Setos, l'un de mes précepteurs qui appartenait à un mystérieux culte vénérant Athéna, décida de me soustraire à la malédiction qui pesait sur le royaume en m'emmenant aux confins de la Grèce, au coeur des forêts où les centaures règnent en maître.

Je fus ainsi emmené loin de la folie de ma mère et du courroux de la déesse pour continuer à suivre les enseignements des créatures les plus sages qui soient : les centaures.


2) La naissance d'une vocation


Je vécus ainsi plusieurs années, apprenant la science des plantes médicinales et l'art du combat à mains nues auprès des centaures. Setos, qui n'était plus tout jeune, commença à montrer des signes de fatigue et fut bientôt incapable de m'accompagner en forêt comme nous avions coutume de le faire.

Un jour, alors qu'il était au plus mal, il envoya les centaures à ma recherche et me fit amener auprès de lui. Allongé au fond de sa hutte, il peinait à respirer malgré les onguents que lui appliquait le chef de la tribu des hommes chevaux.


-Diomède, tu es comme un fils pour moi... Je sens que je vais partir... Ecoute moi attentivement maintenant...

-Ta formation n'est pas encore terminée mais je sens que je n'aurai pas le temps de te voir homme... Pourtant, j'ai eu des visions et je sais aujourd'hui qu'il s'agissait de messages divins.

-Ne dis pas ça mon maître, tu ne peux pas mourir. Tu as toujours été là, tu n'as pas fini ta mission ici bas.

-Les dieux m'ont laissé te montrer certaines vérités mais apparemment, il en est bien d'autres que tu devras découvrir par toi-même.


-J'ai servi toutes ces années la déesse Athéna, cette déesse même qui a laissé ton père à la mort et maudit notre royaume natal...

-Pourtant, je reste fidèle à sa cause et je sais que nous méritons ce qui nous arrive... Athéna est bonne... Athéna est juste...

-La déesse ne maudit jamais les innocents et tu en es la preuve vivante... Ton destin est de récupérer ton royaume mais tu ne pourras le faire sans sa bénédiction parce qu'elle est la divinité de ces terres qui nous manquent tant...

-Comprends-la. Apprends son dogme et découvre ses raisons, aussi impénétrables soient-elles.

-Et si le coeur t'en dit, rallie-toi à sa cause et sers la jusqu'au bout, alors tes sujets te reconnaîtront et tu gagneras le royaume prospère que ton père a connu...

Peu de temps après, Setos mourut, emporté par la vieillesse qui flétrit les hommes et je m'en fus du village des centaures vers les régions civilisées où, j'en étais sûr, on m'apprendrait le dogme de la Déesse...

3) L'apprentissage

Je partis seul en traversant les bois sombres, les rivières tumultueuses et en gravissant les montagnes où dorment les titans. Mes pieds et mes mains s'endurcirent tandis que j'apprenais à manier le bâton pour me préserver des loups et des voleurs. De temple en temple, de cité en cité, je découvris le dogme d'Athéna et n'y vit rien de cruel ou de malfaisant, contrairement à ce que pouvait prétendre ma pauvre mère dans sa folie. Au contraire, l'amour de l'autre, la compassion et la sagesse en toutes choses étaient les valeurs d'Athéna.
Les nombreux temples d'Athéna ne partageaient pas l'austérité des autres lieux de culte où l'Homme se sentait écrasé sous le poids de la divinité. Sans rien perdre de sa majesté, la déesse laissait aux hommes une grande liberté et les sermons des prêtres étaient toujours variés et riches d'instruction. D'ailleurs, de nombreux temples d'Athéna servaient en même temps d'école pour les enfants ou d'hospice pour les pauvres.


*Comment peut-on encore caresser l'idée de s'opposer aux préceptes d'Athéna ?* me dis-je un jour en visitant un orphelinat fondé par quelques religieux du culte.

Mes voyages à la recherche de la vérité m'avaient beaucoup ému et j'avais réalisé que mon père avait dû commettre de sombres atrocités pour être puni par la déesse de la sagesse en personne. Il me fut peu à peu évident que je n'étais pas fait pour combattre Athéna mais que ma place était, au contraire, à ses côtés. Pourtant, devant la bonté et l'abnégation de ses fidèles, je me sentis vraiment insignifiant, moi, dont le seul talent était le métier des armes et de la politique. Depuis ma plus tendre enfance, on m'avait laissé croire que j'étais amené vers la plus haute destinée qui soit : celle d'un Roi... Balivernes ! Je découvrais progressivement que de simples mortels avaient une plus grande destinée que les princes conquérants : ils servaient la veuve et l'orphelin sans tirer le moindre profit de leurs actions mis à part la bienveillance d'Athéna. Ces gens là et eux seuls étaient de véritables héros !

*Conquérir un royaume n'est rien, seule ma façon de le gouverner peut me donner grâce aux yeux d'Athéna.* pensai-je alors.


*Mais comment puis-je servir la grande déesse, moi qui sait tant de choses mais à qui on n'a jamais appris la bonté ?*

La réponse me vint beaucoup plus tard et tout à fait par hasard alors que je m'apprêtais à passer la nuit dans une caverne pour m'abriter du froid de l'hiver. Ce soir là, il gelait à fendre la pierre et un étrange ermite s'était aussi réfugié dans la grotte que j'occupais. Près du feu que nous partagions, je lui contai mon histoire ainsi que tous mes voyages et il me parla d'un Sanctuaire qui était, selon lui, le lieu favori d'Athéna sur terre...

-Il y a ; disait-il ; caché dans la région de la cité d'Athènes, l'endroit où tombent sur terre les paroles de la déesse Athéna...

-Si tu veux entendre sa vraie voix, c'est là que tu devras te rendre... Il est des gens en ces lieux qui communiquent directement avec elle et qui répandent sa sagesse sur le Royaume des Hommes.

*Des hommes qui communiquent avec les dieux...*
murmurai-je en moi-même.

Je partis le lendemain matin pour Athènes en découvrant stupéfait que le vieil ermite s'était déjà volatilisé sans laisser la moindre trace.

4) La recherche du sanctuaire

Ayant passé l'essentiel de mon existence à courir par monts et forêts, je fus absolument déstabilisé en arrivant à Athènes. La ville était immense et les maisons de pierres innombrables.
Je dus voir en une journée, plus de personne que j'en avais croisé en toute une vie mais aucune d'entre elle ne fut capable de m'indiquer le "Sanctuaire d'Athéna".
Les plus vieilles personnes auxquelles je demandais m'indiquèrent vaguement quelques montagnes de la région sans vraiment me dire si l'on pouvait y trouver effectivement un temple quelconque.

Je me résignai donc à partir à l'aventure et passai les jours qui suivirent à sillonner les collines enneigées jusqu'aux montagnes environnantes. Hélas, nulle route et nulle pancarte n'indiquait la direction d'un temple, pire, en cette saison, personne ne s'aventurait en ces lieux battus par les vents.

Le quatrième jour, je croisai cependant une unique personne portant une étrange armure de cuir aux reflets dorés. Ce guerrier aux cheveux longs se dirigeait vers un sommet que je n'avais pas encore exploré qui s'élevait au delà des brumes hivernales c'est pourquoi je décidai de le suivre.


*Est-ce un serviteur de la déesse ou un pèlerin ?* me demandai-je en restant à bonne distance.

L'homme s'engagea sur une sorte de sentier zigzaguant vers le sommet ; lui aussi semblait être prudent comme s'il craignait quelque chose... Je décidai de le suivre sur cette étrange voie sans connaître les dangers qui m'attendaient...
Revenir en haut Aller en bas
 
Diomède
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche descriptive de Diomède
» Diomède

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire d'Athéna :: Le sanctuaire d'Athéna [RP] :: Les Apprentis d'Athéna-
Sauter vers: