Forum du clan Athéna
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La difficile ascension du vieux Volo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Volo

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 29
Localisation : La Rochelle
Date d'inscription : 25/05/2009

fiche
Niveau du chevalier: 8
Legion: Legion Alpha

MessageSujet: La difficile ascension du vieux Volo   Dim 31 Mai - 18:52

Arrow La cité d'Athènes

(Extrait des chroniques de Volo)


[...] J'étais enfin prêt, ma vie allait trouver son sens au bout de ce chemin escarpé. Le mystérieux pèlerin que j'avais rencontré plus tôt caressa le vénérable hibou qui trônait sur son épaule.

-Méfie-toi vieillard, ce chemin est escarpé ; dit-il ; toute chute te renverrait au pied de la montagne en sac d'os brisés !

-Vous ne venez pas avec moi ? Demandai-je en tentant vainement d'apercevoir le bout de la piste qui montait en zigzaguant encore plus haut dans les coteaux.

-La voie que tu t'apprêtes à suivre est une route solitaire. J'ai déjà franchi cette étape il y a bien longtemps, mais aujourd'hui c'est ton tour, vieil homme !

Je saluai donc le voyageur et m'élançai avec entrain sous un soleil de plomb. Tout autour de moi n'était qu'un univers rocailleux peuplé de lézards et de vautours, la glorieuse cité d'Athènes était désormais hors de vue. J'arrivai assez vite à une sorte de petit sanctuaire qui me procura un abri temporaire contre la chaleur. Je bus quelques rasades d'eau de ma gourde en examinant les lieux. Cette petite chapelle n'était rien d'autre qu'un abri circulaire tenu par des colonnes où trônait un autel sculpté du visage d'Athéna. Pourtant, une impression étrange me vînt et tandis que je me désaltérais, je fus pris des doutes les plus affreux. Il semblait qu'une petite voix criarde ricanait dans ma tête.

*Allons, tu es venu jusqu'ici simplement en suivant les étoiles et un vulgaire hibou ! Hé hé hé, tu es un idiot d'avoir cru à un signe du destin ; tout ce que tu gagneras en montant plus haut c'est une insolation et tu sais combien le soleil est mauvais pour ton vieux crâne !*

Ces paroles qui semblaient sorties de ma tête ne me découragèrent pas et je décidai de ne pas m'attarder dans ce sanctuaire. Je continuai donc toujours plus haut et décidai de ne pas m'arrêter lorsque je passerai devant les autres petites chapelles. Pourtant, devant le quatrième monument, je fus irrésistiblement attiré par une petite lumière venant de l'intérieur. Une nouvelle fois, la voix tenta d'insinuer le doute dans mon esprit.

*Mon pauvre ami, regarde-toi ! Tu es vieux et desséché. A l'âge où un homme s'assagit et se retire des troubles du monde, toi tu as choisi d'aller en vadrouille vers une destinée incertaine !*

Je regardai mes vieilles mains ridées d'un air triste.

*Et si la voix avait raison ? Peut-être que mon espérance est une folie. Peut-être que les Dieux m'ont voué à un destin des plus banals ! Pourtant, je dois en avoir le cœur net, je continuerai
quitte à en mourir, de toute façon je suis vieux et je n'ai plus que ma foi pour m'aider.*


Je laissai donc derrière moi le quatrième sanctuaire et m'élevai encore vers l'inconnu. A mesure que j'avançai, le soleil semblait se faire de plus en plus oppressant et bientôt, les gouttes de sueur qui perlaient sur mon visage me parurent glacées. Hélas, j'avais vidé ma gourde au niveau de la cinquième chapelle et il me fallut donc m'abriter dans la sixième. La mystérieuse voix ne manqua pas de me faire délirer une nouvelle fois.

*Tu es un vieillard sans enfant, tu n'as rien laissé derrière toi ; pourquoi la déesse Athéna t'aurait-elle choisi à ses côtés alors qu'elle dispose de nombreux jeunes et vigoureux soldats qui seraient prêts à mourir pour elle !*

-Elle m'a choisi parce que ma foi en elle est mon unique richesse en ce monde !!! hurlai-je soudain. Je n'ai plus de jeunesse, plus de famille à protéger ; seulement mon âme à donner pour sa cause !!!

La voix dans ma tête resta silencieuse et je repris le chemin avec la force du désespoir. Je fus pris de vertiges tels que je ne sentais même plus la chaleur du soleil ; tout autour de moi semblait froid et blanc. Un grognement me tira de ma dangereuse torpeur alors que je passais devant le neuvième temple. Je titubai jusqu'au monument et vis un énorme ours noir entre les colonnades. L'animal semblait agité et la bave qui s'écoulait de sa langue pendante montrait qu'il devait avoir aussi soif que moi. L'insupportable voix reprit son discours dans ma tête.

*Allons, aurais-tu peur, vieillard ? Ce n'est qu'un ours affamé ! La déesse Athéna a des ennemis cent fois plus effrayants et mille fois plus redoutables que ce vulgaire prédateur*

Je tentai de répondre mais ne poussai qu'un grognement inintelligible. Ma langue semblait collée à l'intérieur de ma bouche sèche et mes pieds avançaient l'un devant l'autre sans que je pus contrôler le moindre de leurs mouvements. A demi-inconscient, je contournai l'ours sans entendre ses grognements effrayants et lorsque je me retournai après l'avoir dépassé ; il avait disparu... Trop exténué pour pouvoir m'émerveiller devant ce prodige, je continuai ma route alors que les vautours se faisaient de plus en plus nombreux à tournoyer au dessus de ma tête.
Une voix familière m'appela alors que je passais devant la douzième chapelle, je tournai la tête et aperçus un très vieil homme qui me faisait signe d'approcher entre les colonnes. J'entrai et reconnus avec horreur mon terrible père qui tendait un poignard menaçant vers moi.

-Tu nous as renié et tu as oublié qui tu étais !!!
dit-il ; Tu es un citoyen romain et tu n'as pas à vivre parmi ces grecs sodomites !!! Tu es la honte de la famille et je vais te tuer !!!

Quelque chose se passa au moment où mon père, dévoré par la haine, se dirigeait vers moi pour me tuer. Je ne saurais dire, encore aujourd'hui ce qui me donna la force de repousser le poignard et de lui planter dans le cœur ; toujours est-il que c'est ce que je fis. Il ne s'écroula pas mais prit feu subitement comme un vulgaire épouvantail et en quelques secondes, il ne resta rien de lui...
Plus mort que vif, je sortis de la chapelle et montai jusqu'en haut des coteaux. Là, j'aperçus enfin le sommet où se dressait fièrement le plus grand temple que j'avais jamais observé au cours de ma longue existence. J'avais enfin gravi les contreforts du légendaire Parthénon ! La joie me donna la force d'avancer encore et je me prosternai devant une monumentale statue de bronze à la gloire d'Athéna. Quelques gardes arborant de superbes armures patrouillaient dans les environs et l'un d'eux, probablement inquiété par mon apparente fatigue, vînt à ma rencontre.


-Que fais-tu séant, vieil homme ? Tu n'as pas l'air d'être un aspirant chevalier vu ton âge !

Ma joie était telle que je ne relevai pas cette remarque désobligeante. Je hochai de la tête pour lui signifier qu'il se trompait ; j'aurais très bien pu à ce moment précis lui sauter au cou mais la bienséance voulut que je n'en fisse rien. Quel bonheur de se trouver sur les hauteurs du légendaire Parthénon, vivant !

-Alors si tu es effectivement ici pour l'initiation, tu vas devoir te purifier aux thermes avant de pouvoir prétendre à une audience devant un oracle du temple !

Il m'indiqua à ma gauche, la direction d'un grand bâtiment d'où s'échappait un étrange brouillard.

*Bonne idée, un bain me fera le plus grand bien !* me dis-je sans connaître la teneur des épreuves qui m'attendaient encore...

Arrow Les Thermes sacrées
Revenir en haut Aller en bas
 
La difficile ascension du vieux Volo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le vieux sanglier
» 20 ans = vieux ou jeune ?
» Bien des amours... Les vieux mariés
» Vieux Billet de la commision des transport de Montréal 1966
» Pavoni: vieux modèle VS nouveau modèle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire d'Athéna :: Le sanctuaire d'Athéna [RP] :: La Voie Sacrée-
Sauter vers: