Forum du clan Athéna
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ellerina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atmos
Ancien Oracle d'Athéna
Ancien Oracle d'Athéna
avatar

Nombre de messages : 8678
Age : 36
Date d'inscription : 14/09/2006

fiche
Niveau du chevalier: 8
Legion: Pas de légion

MessageSujet: Ellerina   Jeu 10 Avr - 17:37

Mon enfance autant que je m'en souvienne ou que je le veuille m'en souvenir car depuis longtemps j'ai mis un voile d'ombre sur ma mémoire, ne fut pas rempli d'éclats de rire mais plutôt de larmes de douleurs.

Je suis né dans une famille pauvre de Spartes. Mes parents, comme tous les hilotes, cultivaient la terre pour les Spartiates. Ils dépendaient de leur bon vouloir et n'avaient le droit que de survivre en somme. C'est ce qu'ils ont fait, et ce que j'ai fais aussi. Les années passèrent et je grandis entouré de l'amour de mes parents malgré tout.

C'est vers l'âge de 12 ans que le drame se passa. Je me rappellerai toute ma vie cette nuit. Le vent avait commencé à souffler très fort et au loin on entendait le tonnerre gronder. Nous avions fini de manger et ma mère s'apprêtait à aller coucher mon petit frère pendant que je finissais de nettoyer les restes du repas. Mon père prenait tout simplement un peu de repos après une dure journée de labeur.

La porte s'ouvrit dans un grand fracas et nous vîmes mon père et moi plusieurs jeunes gens en arme rentrer dans la maison. Ma mère accouru avec mon petit frère dans ses bras et violemment ils nous jetèrent tous dehors. La plupart d'entre étaient totalement excités comme possédés par un mauvais esprit, et nous incitèrent à courir le plus vite possible. Mon père s'en offusqua et essaya de s'interposer prétextant qu'il avait payer la rente annuelle et qu'il était en règle. Mais l'un des spartiates, le chef du groupe lui assena un coup dans le ventre qui le fit tomber à terre. Comment un esclave avait-il pu leurs manquer autant de respect? Et pour le punir, ils le rouèrent de coups sans qu'il puisse se défendre, cela sous nos yeux à ma mère et moi.

Certains commencèrent à s'approcher de moi, une drôle de lueur dans le regard, alors que d'autres après avoir laissé à terre mon père sanguinolant, commencèrent à déchirer les haillons de ma mère qui hurlait de la laisser tranquille.

La folie s'empara du ciel et des éclairs zébrèrent la nuit. Je poussais un cri étouffé par le tonnerre quand l'un d'entre eux arracha ma tunique me mettant à nue. Là mon père dans un ultime sursaut se jeta sur celui ci qui surpris me lâcha, et me hurla de courir. Je n'ai pas attendu et je me suis enfuie à travers les champs aux alentours le plus vite que je pouvais.

Mais voilà un rire derrière moi me poursuivait, un rire de fou qui rentra et me glaca le coeur. Puis il y a eu le silence, et je me senti projeté au sol. Je me suis retrouvé bloqué sous le poids d'un homme, et il commença à me lécher en disant des insanités. Je priais pour que cela s'arrête mais il n'en prenait que plus de plaisir devant mes cris et mes larmes . Cette nuit là il prit définitivement quelque chose de moi. A la fin, Il se releva et chercha par terre son épée pour en finir avec moi. Il fut surpris par un éclair qui coupa en deux un arbre non loin de là. Et je ne sais pas ce qu'il m'a prit mais folle de rage, saisissant une pierre, je l'ai assommé et je me suis acharné sur lui jusqu'à ce que je n'ai plus de force.

J'ai remercié Zeus de m'avoir sauvé cette nuit là par cet éclair surement lancé de sa main et je me suis juré de de me venger de ces hommes, de ces spartiates qui m'avaient tant pris. Je crois que c'est à ce moment là que la folie me gagna. J'ai vécu plusieurs années comme une bête au milieu des bêtes, traquant quand je pouvais les jeunes spartiates avides de gloire lors de cryptie.

La vengeance était douce à assouvir même si à chaque victime, je perdais un peu plus de mon âme. Chacune d'entre elles étaient dédiées à Zeus, mon sauveur en somme. Petit à petit, traquée par mes proies, je me suis éloigné de Sparte. Et là a commencé une période d'errance ou j'ai évité le plus possible les villages, ne trouvant mon salut que dans les profondeurs des forêts.

Et puis j'ai rencontre cette femme au détour d'un chemin. Elle était tout ce que je n'étais pas : cette beauté, cette force tranquille, cette insouciance.... Je me suis jeté sur elle pour lui voler, pour lui enlever ce que l'on m'avait pris à moi aussi. Mais mes coups étaient brouillon aveuglé par la haine et si prévisible et elle n'eut aucun mal à me mettre à terre rapidement. A ce moment là, je me suis dis tout simplement que c'était enfin la fin.

Mais elle me tendit la main, et je sentis une telle sérénité se dégageant d'elle que je ne pu retenir mes larmes. Elle me serra contre elle et je sentis comme quand j'étais petite et que ma mère me serrait dans ses bras, une douce chaleur m'envahir. Elle me dit tout simplement que mon errance était fini et qu'il était temps que j'ouvre les yeux. La vengeance n'apporte rien si ce n'est sa propre destruction.

Elle me parla d'un endroit qui avait les faveurs de la déesse Athéna, ou des preux se dévouaient corps et âme à le défense de leur déesse mais aussi des faibles et innocents. Car tel était Athéna.
Malheureusement elle n'avait pas réussi à devenir l'un des leurs. Elle ne semblait pas triste ni en tirer de la rancoeur. Elle me confia qu'elle s' en ressortait grandie et prête à prendre son destin en main.

Dès le lendemain, je pris le chemin de ce sanctuaire, cet endroit qui pour moi voulait dire espoir mais aussi rédemption. Car je devais faire amende honorable pour mes fautes passées et racheter toutes ces vies gâchées par ma faute....
Revenir en haut Aller en bas
 
Ellerina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ellerina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire d'Athéna :: Le sanctuaire d'Athéna [RP] :: Les Apprentis d'Athéna-
Sauter vers: