Forum du clan Athéna
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sigmund

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atmos
Ancien Oracle d'Athéna
Ancien Oracle d'Athéna
avatar

Nombre de messages : 8678
Age : 36
Date d'inscription : 14/09/2006

fiche
Niveau du chevalier: 8
Legion: Pas de légion

MessageSujet: Sigmund   Mar 12 Déc - 21:24

Je m’appelle Sigmund et je suis né à Glaridia, dans l’hémisphère nord.
Le début de mon histoire se passe à Glaridia et j'avais 12 ans à l'époque.

Ce petit village était situé non loin de la mer.

Mon père était un excellent guerrier de Glaridia et il était respecté de tous dans le village pour ses nombreuses victoires.
C’était un homme droit et juste car il défendait la cause du plus faible.

Ma mère travaillait comme couturière pour l'artisan du village. Elle était contente de ce travail et me disait que, pour elle, c'était gratifiant comme métier.

Moi, je n'étais pas de son avis car mon père m'avait appris à chasser et je lui donnais un coup de main à la construction de son bateau qui était presque terminé à l'époque.

Les 12 premières années de ma vie se passèrent sans problème.
Jusqu'au jour où, alors âgé de 13 ans, un événement allait changer mon existence et celle de ma famille.

Une guerre terrible ravageait le pays, une guerre qui n'avait pas de sens.
Mon père, ma mère et moi- même dûmes partir de notre pays car mon père ne voulait pas de cette guerre.

Il prévint tous les gens du village du danger et il prit la décision de partir vers le sud avec le bateau qu'il avait construit.
Comme nous n'avions pas beaucoup de temps, nous devions nous dépêcher et nous ne prîmes que le strict nécessaire.

C'est ainsi nous vîmes Glaridia pour la dernière fois… nous avions un pincement au coeur de devoir tout laisser là.

Le voyage se passa sans encombre mais la nourriture commençait à manquer à bord.
Quelque temps plus tard, mon père vit une terre et décida de se diriger vers elle. Après avoir accosté, mon père décida de prendre la direction des montagnes pour notre sécurité.

C’est là que nous découvrîmes le village de Balcarios, situé au sud de la Grèce.
Tout y était propice, eau, nourriture, ...

Le chef du village se dirigea vers nous pour nous demander ce que nous faisions là.
Mon père lui expliqua ce qu’il nous était arrivé.
Le chef du village nous accueillit et nous proposa de rester car la main d'œuvre se faisait rare dans les montagnes et il avait besoin de guerriers pour protéger le village des pillards.

Il fut donc décidé de rester dans ce village.
Je ne le savais pas encore mais mon destin était déjà tracé dés ma naissance.

5 ans plus tard, une nouvelle catastrophe allait changer ma vie. Les spectres d'Hadès s’étaient introduits dans notre village pour piller et tout saccager.
Dans l’aventure, mon père fut tué comme une grande partie du village, ma mère fut également abattue froidement dans le dos par un spectre.

Ma colère et ma tristesse étaient tellement grandes en voyant cela que je pris une arme qui était à terre et tentai de me diriger vers un spectre d' Hadès pour lui régler son compte, mais le chef du village, voyant ce
que j’allais faire, m’empoigna et me tira vers l'arrière d’un bâtiment.

Là, il me dit qu'il était trop tard pour faire quoi que se soit et que le mieux était de s’enfuir avec le plus de gens possible.

Je n’avais que 18 ans à l’époque et, les rares survivants et moi–même partîmes nous réfugier au nord du village.

Nous nous étions tous regroupés au pied d’une montagne près d’une cascade d’eau.
La majorité du groupe s’en était sortie avec quelques entailles légères ou des hématomes.
Un peu plus loin, une personne du groupe trouva des fruits.
Le chef décida que nous ferions une pause pour cette nuit afin de se nourrir, boire et se reposer.

La nuit fut mouvementée pour moi car je fis des cauchemars, je voyais sans cesse la mort de mes parents.

A mon réveil, j'étais abattu et songeur, je pensais à mes parents et j'étais très triste.
Il faisait jour et quelques villageois étaient réveillés.
Je me dis que je devais marcher un peu sans m'éloigner des autres villageois.
J’allais faire une découverte pour le moins étrange…

Là, enfouie dans les rochers, je trouvai une amulette. Etait-ce le fruit du hasard ou l’accomplissement de mon destin ?
En regardant de plus près, je vis sur l’amulette l’effigie d’une femme ; je ne le savais pas encore mais c’était celle d'Athéna.

Je fus comme hypnotisé par l’amulette et ressentis une sensation de bien –être et ma colère se dissipait un peu.

Il fallait que je sache.

Je revins sur mes pas pour voir le chef et lui montrer ma découverte.
Je le vis en train de parler à un chevalier vêtu d’une armure de cuir.
Le chef du village me voyant m’appela pour me présenter ce chevalier.
Les présentations faites, le chevalier vit que je tenais une amulette en main et me demanda pour la regarder.

En voyant l’amulette, et sachant ce qui y était gravé, il m’en expliqua l’origine.

Un peu plus tard dans la discussion, je ne pus me retenir et je m’effondrai en sanglots.
Le chevalier me demanda ce qui s'était passé et je lui expliquai tout.
Et plus j’expliquais, plus ma rage grandissait…. Le chevalier me dit que la vengeance et la colère ne mèneraient nulle part.

Le chef du village faisait un hochement de tête pour marquer son approbation.
Le chevalier me demanda alors si je voulais devenir chevalier d'Athéna pour servir le bien et la justice.

Je fus un peu surpris, puis je me dis que le chevalier avait raison et que la haine et la colère ne serviraient à rien sinon à m’attirer des ennuis.

Sans rien dire, je tournai la tête vers le chef du village.
Celui-ci me dit que j'étais assez grand pour prendre une décision tout seul et qu’il avait une entière confiance en ce chevalier.

Je lui dis que j'étais d'accord et que je voulais servir le bien, et donc, Athéna.
Il me dit que le chemin serait rude pour devenir chevalier et qu’il fallait que je prenne mon destin en main.

Nous prîmes la direction de Mycenian, situé au nord de notre position.
Le campement regorgeait de chevaliers et de jeunes personnes de mon âge.
Il était bien gardé, et l'entraînement que l’on y donnait était rude.

La première année fut dure pour moi et mon maître instructeur dut me motiver à plusieurs reprises car je voulus abandonner.

C'était l'année où mon maître dut m'enseigner l'endurance et j'avais certaines lacunes à ce niveau –là.
Les deux années suivantes se passèrent un peu mieux et j’avais progressé en endurance (attention ! répétition) et en force, mais il restait du travail à fournir.

Je me souviens que, lors de ma troisième année au camp, mon maître m’expliqua quelques aventures de valeureux chevaliers qui protégeaient Athéna.

Ces récits me donnaient encore plus de courage.
Et dans la foulée, il m'enseigna toutes les techniques de combat qui me seraient nécessaires.
Les 2 dernières années se passèrent plus facilement.

Il me montra ce qu'était le cosmos et comment le développer.

A ma cinquième année d'entraînement, mon maître m’appela pour me dire que j'étais prêt et qu’il me restait une ultime épreuve à passer : je devais combattre un adversaire ayant suivi la même formation que moi.

Seulement une seule personne devait être désignée pour avoir l'honneur de rencontrer l'oracle d'Athéna et être sacré chevalier d'Athéna.

Le combat allait s'annoncer difficile car nous avions reçu le même entraînement. Seuls, le courage et la volonté joueraient un rôle.

Le combat pouvait commencer : après quelques échanges de coup, nous étions tous les deux déterminés à aller jusqu'au bout du combat.

Le combat devint alors des plus violents mais l'égalité était parfaite.
Apres 5 minutes de combat acharné, je décidai qu'il était temps d'utiliser mon cosmos et de terrasser mon adversaire.

Je me concentrai et mon adversaire tenta de faire pareil… après quelques secondes, je déclenchai mon cosmos sur mon adversaire et lui assénai un violent coup qu'il ne put esquiver ; il tombât à terre et était chaos.
Heureusement, il n'était pas mort.

J’étais très content de ma victoire et mon maître vint vers moi pour me féliciter et me dire que j'étais prêt et qu’il n’avait plus rien à m'apprendre ; il m’expliqua que l'expérience viendrait des combats que j’aurais à donner.

Il me dit aussi la route à suivre pour me rendre au Temple d'Athéna de Parthénon et le nom de l'oracle que je devais rencontrer.
Je remerciai mon maître pour tout ce qu’il m'avait enseigné et je pris la route.

C’est ainsi qu'à l’âge de 23 ans, mon destin était en train de se réaliser….
Revenir en haut Aller en bas
 
Sigmund
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pipe SIGMUND
» Identification pipes en terre.
» L'avis du Loup sur Freud
» [Freud, Sigmund] Psychopathologie de la vie quotidienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GodWarriors - Le Sanctuaire d'Athéna :: Le sanctuaire d'Athéna [RP] :: Les Apprentis d'Athéna-
Sauter vers: